Image

Le Carrousel international du film de Rimouski annonce sa 6ème cohorte de la résidence créative qui se tiendra du 25 février au 2 mars 2024, lors de la 41e édition du festival.

Qu'est-ce que la résidence créative :

  • 7 jours de résidence dans un lieu bien isolé où nous proposons du temps d’écriture, de l’accompagnement sous forme de mentorat, de sessions de travail entre les participant.e.s, ainsi que des activités autour des avec des jeunes de la région.
  • 2 jours pendant la 41ème édition du festival du Carrousel international du film de Rimouski, où les résident.e.s pourront profiter des ateliers professionnels, des activités de réseautage et des projections qui auront lieu sur place.

Mentore 2024 

Renée Beaulieu

Image

Renée Beaulieu est Docteure en études cinématographiques. Elle enseigne la scénarisation, la réalisation et la production cinématographique à l’Université de Montréal et à L’Institut National de l’Image et du Son (L’INIS). Elle s’implique dans le milieu de l’audiovisuel de différentes façons : conseil d’administration, conseillère à la scénarisation, jury, conférencière, classe de maitre. Comme cinéaste, elle scénarise, réalise, monte et produit en 2015 (Le Garagiste), en 2018 (Les salopes ou le sucre naturel de la peau) en 2022 (INÈS). Ces films, tout comme Le Ring qu’elle scénarise en 2007, ont été sélectionnés dans de nombreux festivals internationaux et ont été récompensés. À l’automne 2023, elle tourne Habiter la maison (Vital Productions), un long métrage qu’elle scénarise, réalise et monte.

Elle développe aussi en parallèle plusieurs projets à la scénarisation, à la réalisation et à la production : La Rivière-au-cerf-blanc (scénarisation : Charles Dionne, Camera Obscura - Christine Falco), Le chant des couleuvres (ACPAV - Robert Lacerte), Debout (Caramel Films - André rouleau, Valérie d’Auteuil) et pour Les Productions du moment : La fièvre (scénarisation : Michelle Allen), Le rôle d’une vie (coscénarisation avec Émilie Ouellette) et L’Ombudsman.

L'enfant perdu de Justice Rutikara

Image
Synopsis : Lors d'une excursion scoute, Manzi, un garçon ingénieux et plein d’énergie, s’exile dans la forêt à la suite d'une dispute avec son groupe. Tandis qu’orage menaçant approche, la forêt se métamorphose en une jungle tropicale enchantée où des présences familières questionnent sa déroute solitaire. "L'Enfant Perdu" est un court-métrage fantastique où un garçon, confronté à ses différences, doit trouver son chemin dans une aventure où l'acceptation de soi est la clé de la découverte.
 
Bio: Passionné par les arts visuels, l’interprétation puis le septième art, Justice Rutikara a participé à la création ou joué dans plusieurs projets professionnels, au théâtre et au cinéma. Diplômé en Études internationales à l’Université de Montréal, il a choisi de s’investir à l’écriture et à la réalisation d’œuvres cinématographiques à travers sa notion du chaos harmonique. Justice s'engage aussi à l'écriture et la performance de textes littéraires à travers une diversité d'événements et de collaboration formidables et mémorables. À titre de cinéaste, ses œuvres lui ont notamment valu le Prix de la Relève 2018 à la Course des régions pancanadienne, une nomination comme meilleur réalisateur de l’année au Gala Dynastie 2020 et le Prix Gémeaux de la relève 2021.

Sauver les pommes! de Fanny Jiang

Image
Synopsis: En un siècle, la ville a bien changé. D’un petit village près de l’eau s’est construite une grande cité, et il n’y a pas que le paysage qui s’est modifié. Les analyses du petit robot amnésique sont formelles : les pommes sont pleines de métaux ! Avec son amie June, la Chenille obsédée par les pommes, iels quittent la plage pour trouver la Grande Machine et l’informer du désastre à venir.
 
Bio: Fanny Jiang une animatrice 2D et réalisatrice de films d’animation française. En 2015, elle débute ses études dans le cinéma d’animation 3D à l’école Estienne, Paris. Elle y réalise ses premiers courts-métrages, dont son film de fin d’étude Clash sélectionné dans quelques festivals à travers le monde. L’année suivante, elle est stagiaire sur le court-métrage Riviera de Jonas Shoesling dans les locaux de Novanima à Courbevoie, où elle côtoie des réalisateur.ice.s professionnel.le.s qui la conforte dans la poursuite de la réalisation. Elle intègre l’EMCA à Angoulême, où elle réalise pendant trois ans plusieurs court-métrages. Entre projets personnels, l’adaptation du livre jeunesse Le Plein de Blorg de Mathieu Sylvander et Perceval Barrière, les ateliers d’animation avec tantôt des lycéen.ne.s tantôt des détenus, elle termine son cursus par son film de fin d’étude Mais où est le Chef ?, qui connaît quelques sélections en festival. Après son diplôme, elle travaille en tant qu’animatrice 2D sur les spéciaux TV Les Astres Immobiles de Noémi Grunner et Sélena Picque, puis Marcel le père Noël (et le petit livreur de pizza) de Julie Rembauville et Nicolas Bianco-Levin. Elle est aujourd’hui située à Montréal pour découvrir le Québec, sa culture, ses paysages, et ses habitant.e.s.

Tête de mule! de Sheena Fins

Image
Synopsis: Montréal, fin '80. Zélia, 4 an, a une chevelure qui fait jaser, malgré elle. Coincée entre des parents qui comprennent mal sa réalité de métissée et une société qui projette sur elle ses préjugés, elle se sent mal dans sa peau. Elle découvre Gerry Boulet qui devient alors son ami imaginaire. Grâce aux conseils et au franc parlé du rockeur, elle apprendra à faire respecter sa différence, tout comme Gerry...avec panache tabar*** !
 
Bio: Après ses études à l’Université de Montréal, Sheena Fins travaille dans le milieu des cotes d’écoute chez Numeris pendant plus de 7 ans avant de faire un 180 en s’inscrivant à l’INIS en scénarisation. Durant sa formation, elle anime le plateau de CaPitch et scénarise le documentaire Un million de bonjours, qui sera présenté dans le cadre du Festival du nouveau cinéma 2023. Dès sa sortie en mai 2023, Sheena prend part au festival Juste pour rire, où elle assure l’animation de la scène Loto-Québec. De plus elle y présente la pièce Rapides et pas dangereux, une parodie écologique, qu’elle écrit et met en scène. Sur le web, elle écrit pour le personnage de Richardson Zéphir pour La police est sexy et La diction du jour. Elle cumule près de 20 ans d’expérience en improvisation au sein de plusieurs ligues, dont la CIA, la Survivor et la Limonade. Elle représente aussi le Québec à de nombreuses reprises en Europe. En 2019, elle participe à la création de la première école d’improvisation en Martinique. En décembre 2023, elle anime sa première chronique radio au 15-18.

Une job pour Fanny de Myriam DeBonville

Image
Synopsis: Fanny, 14 ans, est l'aînée d'une fratrie de trois. Ayant tout juste terminé son secondaire 2, elle décide qu'elle est maintenant une adulte indépendante. Elle est vite rattrapée par la réalité quand sa mère l'informe qu'elle devra garder ses morveux de frères, pour l'été. Fanny refuse catégoriquement alors Madeleine lui propose le deal du siècle: Trouver un emploi dans les 24 heures et pas besoin de garder. Marché conclu, Fanny accepte avec détermination.
 
Bio: Diplômée de l’école de théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe, Myriam œuvre comme interprète depuis plus de 10 ans. Elle a également écrit plusieurs courtes-pièces qui ont brillé sur les scènes montréalaises. Elle est l’autrice d’une série de pièces pour enfants destinées à l’apprentissage de la lecture, publiée par 3CorneillesÉditrices. Elle a tout récemment terminé la formation en scénarisation de fiction à l’Inis, pour laquelle est a obtenu une bourse du Conseil des Arts du Canada et la bourse d’excellence Louise Spickler. Balle-Courbe, réalisé par Alexis Lemay-Plamondon, est le premier court-métrage qu’elle a scénarisé qui voyagera dans divers festivals en 2024. Myriam aime jouer avec les limites de ce qui peut être dit, flirte avec le drame comique et affectionne particulièrement les thèmes de la mort et du deuil. Le soleil n’est pourtant jamais bien loin de ses personnages qui, dans leur noirceur, sont toujours pleins de vie. Elle nous surprend et nous mène souvent là où on s’y attendait le moins. Son incursion dans l’univers jeunesse est tout nouveau et la mène ellemême, là où elle s’y attendait le moins.
Image

 © Laurence Gaudette

 © Maxime Brouillet

Image

 © Maxime Brouillet

LA RÉSIDENCE CRÉATIVE DU CARROUSEL

La résidence créative est avant tout une période de recherche, un temps mis à disposition des auteur.e.s pour explorer les champs des possibles. C'est un laboratoire où l'on questionne son projet, où l'on n'hésite pas à prendre des chemins de traverse, à faire des détours, à approfondir son univers et ses personnages et s'interroger sur de nouvelles perspectives.

Accueillir plusieurs projets simultanément est aussi l'occasion de mettre en commun les expériences, de trouver des parallèles et résonances dans le travail de l'autre et ensemble de développer des réflexions afin de prendre du recul sur son propre travail d'écriture.

Une résidence est avant tout un lieu de ressourcement. En partenariat avec les Jardins de Métis, magnifiques jardins fondés en 1926 par Elsie Reford, la résidence se déroule à la Maison des stagiaires, un lieu inspirant conçu par l’architecte Pierre Thibault et lauréat 2018 du Grand prix du design.


PARTENAIRES 

Image
Image
Image
Image