Image

Voici les participant.e.s et scénarios sélectionné.e.s pour la 4ème cohorte de la résidence créative du Carrousel international du film de Rimouski, qui se déroulera du 26 mars au 3 avril 2022 à Rimouski et aux Jardins de Métis.

Cette résidence sera encadrée par Catherine Léger.

Stéphanie Bélanger

Avec le court métrage “Juliette et le loup” - Public cible 7 ans et +

Juliette, 6 ans, est une petite fille à l’imagination foisonnante. Ce soir-là, elle a tout sauf envie d’aller souper chez son grand-père malade, car pour dire la vérité : il l’effraie. Appuyé par des extraits du Petit Chaperon rouge, « Juliette et le loup » raconte la rencontre fortuite entre deux générations d’une même famille, à travers l’imaginaire d’une enfant qui souhaite disséquer le costume effrayant de la vieillesse pour découvrir ce qu’elle recèle d’humanité.

C’est son intérêt pour les histoires, les voyages et les rencontres qui la pousse à partir pour Paris au tout début de sa vingtaine, intégrant là-bas une école de cinéma. Elle s’expatrie finalement pendant neuf ans, cumulant les expériences en télévision et en cinéma, et travaille pour le festival Paris Courts Devant pendant plusieurs éditions. Passionnée d’écriture depuis toujours, elle revient finalement au Québec en 2018 pour poursuivre une formation à l’Inis du Programme Cinéma.

Image

Mathilde Jalbert

Avec le court métrage “Déréglées”
Public cible 13 ans et +

Lorsque sa pire ennemie la protège du regard des autres en cachant la tache de sang sur sa jupe, une adolescente très préoccupée par son apparence doit faire face à ses premières règles en compagnie de la personne qu’elle déteste le plus au monde. Comment vont-elles ensuite réussir à sortir des toilettes où elles se sont réfugiées, tout en préservant leur réputation respective?

Après des études en philosophie, Mathilde a travaillé sur des plateaux de cinéma dans le département de la direction artistique. Par après, elle entreprend un microprogramme à Concordia en Scénarisation et se consacre aujourd’hui à l’aboutissement de son court métrage Déréglées.

Image

Myriam Farsaoui

Avec son long métrage “Entre les deux mon coeur balance” 
Public cible 15 ans et +

Haïda est une adolescente d’origine marocaine qui vit dans une banlieue de Montréal, où son plus grand passe-temps est de rêver. Or, sa bulle va éclater le jour où ses amies décident de faire un pacte, celui de compléter une liste d’expériences osées avant les vacances d’été. Pour la première fois, Haïda va se sentir prise dans un dilemme : vivre son adolescence comme ses amies ou suivre les mœurs de ses parents. Ses convictions sont bonnes, mais comme toute adolescente le goût de l’aventure est trop attirant.

Myriam Farsaoui fait ses études postsecondaires en cinéma, après sa graduation, elle explore les plateaux de tournage et aspire intégrer des projets au début de leur processus de création afin de pouvoir écrire du contenu plus inclusif. Dans le but de se perfectionner, Myriam participe

au programme mixte par l’INIS, profil scénarisation avec la cohorte 2019-2020. Depuis, elle collabore sur les projets de Eli-Jean Tachi, un réalisateur engagé et Sara Ben-Saud, une réalisatrice émergente.

Image

Camille Trudel

Avec le long métrage “La Peau chagrine”
Public cible 15 ans +

Plutôt doué en sports comme à l’école, Théo, 17 ans, a toujours joui d’un anonymat relatif dans la jungle hautement hiérarchisée du secondaire. Alors que de mystérieux phénomènes se multiplient autour de lui, Théo réalise qu’une fois endormi, il commet malgré lui des méfaits dont il ne garde aucun souvenir. Se voyant soudainement ostracisé, il devra se rapprocher d’Alyssa, une victime du même phénomène, pour déjouer ceux qui s'emparent de lui la nuit.

Diplômée du programme Cinéma à l'Inis, Camille amorce d’abord sa carrière en développant son expertise au contenu auprès des institutions. Aussi, son approche à la fois humaine et rigoureuse l’amène à multiplier les collaborations, elle participe ainsi au développement de nombreux longs métrages. Son court métrage Miette - en co-réalisation avec Maude Bouchard - continue son parcours à l’international. Elle développe présentement trois longs métrages de fiction en plus de travailler à la co-réalisation de son prochain court métrage.

Image

Image

 © Dominique Lafond

MENTORAT / CATHERINE LÉGER

Catherine Léger écrit pour le cinéma, la télé et le théâtre. Son scénario pour Charlotte a du fun (Slut In A Good Way), lui a valu le prix du Meilleur scénario original aux Écrans canadiens 2019. Elle a aussi co-signé le scénario de La Petite Reine (2014) réalisé par Alexis Durand Brault. À la télé, elle a écrit Les Invisibles (TVA, 2019) et travaillé sur la série Marche à l’ombre (Super Écran, 2017). Catherine Léger a écrit pour le théâtre, entre autres, Princesses (Théâtre d’Aujourd’hui, 2011), J’ai perdu mon mari (Quai des arts, Carleton-sur-mer, 2014) et Filles en liberté (Théâtre La Licorne, 2018). Sa pièce Babysitter présentée au Théâtre La Licorne en avril 2017 a été présentée en Ohio, à Limoges et à Munich. Elle en signe d'ailleurs l'adaptation cinématographique qui est en production et sera réalisée par Monia Chokri. Catherine a adapté pour le cinéma le roman La Déesse des mouches à feu de Geneviève Pettersen, réalisé par Anaïs Barbeau-Lavalette. 


Image

 © Laurence Gaudette

Image

 © Maxime Brouillet

Image

 © Maxime Brouillet

QU'EST-CE QUE LA RÉSIDENCE CRÉATIVE DU CARROUSEL ?

La résidence créative est une résidence de scénarios d'œuvres audiovisuelles jeunesses. Pour participer, les résident.e.s ont été sélectionné.e.s sur base de leur scénario en cours d’écriture. D’une durée de 8 jours, celle-ci propose à des scénaristes de la relève du temps d’écriture et de création, de l’accompagnement par un.e mentor.e, des ateliers professionnels, des sessions de travail avec les pair.es et une activité avec des jeunes correspondant.e.s au public cible. 

C’est avant tout une période de recherche, un temps mis à disposition des auteur.e.s pour explorer les champs des possibles. C'est un laboratoire où l'on questionne son projet, où l'on n'hésite pas à prendre des chemins de traverse, à faire des détours, à approfondir son univers et ses personnages et à s'interroger sur de nouvelles perspectives. Accueillir plusieurs projets simultanément est aussi l'occasion de mettre en commun les expériences, de trouver des parallèles et résonances dans le travail de l'autre et ensemble de développer des réflexions afin de prendre du recul sur son propre travail d'écriture.

La résidence est en partenariat avec les Jardins de Métis, magnifiques jardins fondés en 1926 par Elsie Reford, et se déroule à la Maison des stagiaires, un lieu inspirant conçu par l’architecte Pierre Thibault et lauréat 2018 du Grand prix du design.

Image

ALEXIA ROC / Aux garçons de mon âge

Alexia Roc est une cinéaste, productrice et directrice artistique québécoise-haïtienne. Elle aime particulièrement écrire des personnages uniques et marginaux pour illustrer les différences et les similitudes de chaque individu. La famille, la santé mentale et l'intégrité sont trois sujets centraux de ses œuvres. Elle poursuit actuellement sa maîtrise en productions cinématographiques à l'Université Concordia où elle continue de perfectionner des œuvres politiques et féministes. Elle produit actuellement sa web série Entre Parenthèses (2020) qui met en scène des duos discutant de sujets contemporains sensibles et ouvrant le dialogue sur de nombreux enjeux sociaux. Sa dernière réalisation Pétrichor démontre un côté artistique plus cru et organique de son art.

Image

CLARA GRANDE / Petite sorcière

Après des études en Allemagne, dans un collège spécialisé en arts, Clara développe son amour pour le théâtre en suivant une formation de comédienne dans le sud de la France. Elle y pratique le métier quelque temps avant de revenir à Montréal où elle enseigne le théâtre aux enfants et aux adolescents. Elle renoue alors avec son envie d’écrire, notamment pour le jeune public qu’elle affectionne tout particulièrement et complète un baccalauréat en écriture de scénario et création littéraire à l’UdeM.

Image

© Lachanced

Émilie Rosas / Cheer

Originaire de Montréal, Emilie Rosas entreprend des études en cinéma à l’Université du Québec à Montréal en 2007, puis à l’INIS - Institut National de l’Image et du Son - en 2010. En 2011, elle reçoit la bourse du PNA de l'Académie canadienne du Cinéma et de la Télévision. Elle a signé plusieurs courts métrages dont Les cennes chanceuses, Les bons termes selon Dewey et Comme les dinosaures qui se sont démarqués et remporté plusieurs prix dans des festivals canadiens et internationaux. Elle travaille présentement sur plusieurs projets de longs métrages dont L’univers me comprend et m’engloutit, Cheer et Le vaisseau des tempêtes, un film d'animation 3D, ainsi qu’un documentaire en réalité virtuelle sur le chanteur d’opéra Joseph Rouleau. 

Image

BERTRAND DESROCHERS / La grand'route

Scénariste et réalisateur, Bertrand a coréalisé à Londres son premier long-métrage A Brixton Tale, présenté en première mondiale au festival Slamdance 2021. Cinéaste mentor pour la Wapikoni mobile, il est également réalisateur pigiste. Inspiré par son travail de tuteur de cinéma à Montréal-Nord, il travaille actuellement à l’écriture de son deuxième long métrage, Aquin, financé par la SODEC. Il développe aussi avec Jani Bellefleur-Kaltush le long métrage La grand’route, qui se déroule à Nutashkuan en 1996. Avec son cinéma, Bertrand cherche à déconstruire la xénophobie et la peur de l’autre en engageant le dialogue.

Image

Jani Bellefleur-Kaltush / La grand'route

Originaire de la petite communauté innue de Nutashkuan, Jani Bellefleur-Kaltush est diplômée du programme Cinéma de L'inis, et première femme des Premières Nations du Québec à avoir obtenu ce diplôme. Neka tshika uiten mishkut (2009), son premier court métrage, a été primé à Toronto et remarqué dans plusieurs festivals. Présentement en écriture du long métrage La grand’route avec Bertrand Desrochers, elle souhaite ouvrir des portes pour la prochaine génération de cinéastes autochtones.

PARTENAIRES 

Image
Image
Image
Image
Image